Soins intensifs intégratifs

En intégrant la motivation du patient, des thérapies complémentaires et conventionnelles et les accompagnants, on ouvre la voie d’une véritable prise en charge des maladies chroniques.


Un mois après son ouverture, l’Institut de Médecine Intégrative a débuté les premiers programmes de Soins Intensifs Intégratifs. Ces programmes consistent en cinq jours de divers soins et éducation thérapeutique, à raison de 6 heures par jour. Ils s’adressent à des personnes souffrant de maladies chroniques, souvent enfermées dans des cercles vicieux qui bloquent leur possibilité d’amélioration ou de guérison. Dans ces maladies, les causes ont souvent disparu, ce sont de nouveaux mécanismes internes qui perturbent la santé et la vie au quotidien.


Il s’agit d’aborder la personne sous de multiples angles : corporel, intellectuel, émotionnel, spirituel et social. Les thérapies choisies pour agir sur des plans tant biochimiques que biophysiques ont déjà démontré leur intérêt en médecine. Elles sont sélectionnées en fonction du patient et de sa maladie. Leur association réfléchie doit permettre un effet de synergie pour sortir du blocage.


Les premiers programmes ont concerné des personnes souffrant d’hypersensibilité chimique multiple ou multiple chemical senitivity (MCS). Cette maladie a été décrite pour la première fois en 1954 par l’allergologue américain Theron G. Randolph, père de la médecine environnementale(1). Les critères diagnostiques ont été améliorés progressivement de 1980 à 2001 (voir tableau). Cette affection est reconnue par l’OMS. Des études ont été menées au Canada pour valider la réalité médicale de l’hypersensibilité chimique multiple(2,3,4).


L’association SOS-MCS rapporte sur son site : La maladie « affecte la qualité de vie, contraignant à l’isolement social ou à l’éviction de certains lieux, en raison de trop fortes agressions chimiques (grandes surfaces, magasins, banques, mairies, etc.) ». Confrontés à un enfer quotidien, certains mettent fin à leur jour.
Les mécanismes impliqués dans cette maladie font intervenir des cercles vicieux au niveau du stress oxydatif et de la réaction inflammatoire(5) avec altérations de circuits neurologiques au niveau de la perception et de la réponse aux stimuli extérieurs.


Le constat


Une première évaluation individuelle faite environ trois semaines avant le début de la semaine intensive permet d’établir le contact et de conseiller les premiers examens biologiques à effectuer avant d’arriver à l’Institut. Une synthèse des données issues de l’interview, de questionnaires, des consultations médicales et psychologiques au début de la semaine permet une évaluation personnalisée des états nutritionnels, inflammatoires, immunitaires, neurologiques, endocriniens et intestinaux.


Le contact


Des logements adaptés ont pu être trouvés à proximité de l’Institut. L’alimentation quotidienne a été personnalisée en fonction des intolérances multiples et des goûts de chacun. Tous les intervenants ont été informés sur le MCS et la nécessité de ne pas porter de parfums en présence des patients. Des réunions entre les membres de l’équipe permettent d’adapter la prise en charge.


Comprendre et changer


Le plannning était composé de consultations médicales et psychologiques, de séances d’acupuncture, ostéopathie, musicothérapie, sophrologie, yoga, Do In, méditation, NAET (rééducation de la tolérance à l’environnement), initiation à la méthode Gupta (rééducation amygdalienne), TIPI et de deux heures d’éducation thérapeutique pour mieux comprendre la maladie. Des conseils nutritionnels et micronutritionnels tenant compte des intolérances, carences ou excès ont été délivrés lors des consultations.


Consolider


Au terme du séjour, nous avons constaté des résultats positifs. Cette semaine se veut un nouveau départ, il est nécessaire de poursuivre les soins qui ont été initiés pour reconstruire une vie satisfaisante.


Accompagner


Pour le suivi au long cours : l’équipe thérapeutique de proximité, en particulier le médecin traitant, est informée du programme thérapeutique et des conseils délivrés, les outils de communication modernes permettent de maintenir un lien avec l’équipe de l’Institut de Médecine Intégrative.


Les accompagnants les plus proches ont pu être entendus et conseillés. Pour toute maladie, l’entourage joue un rôle important, son acceptation et sa compréhension nécessitent une écoute et un accueil de leurs souffrances personnelles. Si la maladie est un traumatisme pour celui qui la subit, elle l’est aussi pour l’entourage.


Ces programmes intensifs sont individualisés pour chaque personne et sa maladie, ils s’adressent particulièrement aux maladies chroniques : cardiovasculaires, neurologiques, immunitaires, rhumatologiques, cancers et aux pathologies neurofonctionnelles comme le syndrome de fatigue chronique, les fibromyalgies, le syndrome de vessie instable et bien entendu le MCS.



1. Randolp T. Allergic type reaction to industrila solvents and liquid fuels. J Lab Clin Med 1954; 44:910-11
2. Thomson GM, Chair. Report of the Ad Hoc Committee on Environmental Hypersensitivity Disorders to the Ontario Ministry of Health, 1985)
3. Ashford NA, Miller CS. Chemical sensitivity: A report to the New Jersey State Department of Health, December, 1989;
4. Health Canada. Environmental Sensitivities Workshop, Chronic Diseases in Canada, Supplement, January, 1991
5. Pall ML, Satterlee JD.  Elevated nitric oxide/peroxynitrite mechanism for the common etiology of multiple chemical sensitivity, chronic fatigue syndrome, and posttraumatic stress disorder.  Ann N Y Acad Sci. 2001 Mar;933:323-9. Review.



Hypersensibilité chimique multiple :


Consensus de 1999
(Bartha et al. Archives of Environmental Health, May/June 1999; 54(3): 147-9; Based on: Nethercott JR, Davidoff LL, Curbow B, et al. Multiple chemical sensitivities syndrome: toward a working case definition. Arch Environ Health 1993;48:19-26)
Les symptômes sont reproductibles avec expositions répétées aux produits chimiques.
La condition est chronique.
De faibles niveaux d'exposition [plus bas que précédemment ou communément tolérés] résultent en des manifestations des symptômes.
Les symptômes s'atténuent ou disparaissent lorsque les irritants sont supprimés.
On constate des réactions à de multiples substances non reliées chimiquement.
Les symptômes impliquent plusieurs systèmes d’organes.


Critères supplémentaires de 2001
(McKeown-Eyssen GE, Baines CJ, Marshall LM, et al. Arch Environ Health, 2001; 56(5):406–12 )
Avoir un sens de l'odorat plus élevé que la normale.
Avoir de la difficulté à se concentrer.
Avoir la sensation d’être étourdi ou sonné.
Avoir la sensation de planer.